SFR Presse
Libération
3 octobre 2019

Procès Mediator : la tromperie en question

Près de deux semaines après le début des audiences, le tribunal a entendu les inspecteurs de l’Igas afin de déterminer si Servier a volontairement dissimulé le caractère anorexigène du médicament. Le laboratoire continue de dénoncer une enquête à charge.

5 min

Tout est réglé. Chacun est à sa place, ou presque. Depuis bientôt deux semaines que le procès du Mediator, prévu pour durer six mois, a commencé, l’étonnant ballet des différents acteurs se déroule ainsi, chaque jour, avec une mise en scène sans faux pas. Et l’on commence à percevoir les questions et interrogations qui vont dominer ce procès unique, avec ses 4 981 victimes recensées (2 684 se sont

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :