SFR Presse
Libération
30 septembre 2019

Degas à Orsay, chair à canons

Grâce abrupte des mouvements des danseuses, cadrages surprenants des musiciens et de la scène : pour le peintre mélomane, l’Opéra fut le parfait avant-poste d’où observer les mœurs de l’époque et le cadre idéal pour ses expérimentations stylistiques.

5 min

1 like

Après de petites filles spartiates et quelques tours de chant, on tombe sur les quatre tableaux d’orchestre, posés côte à côte, que Degas a peints de 1870 à 1876, et que, parmi tant d’autres merveilles, le commissaire Henri Loyrette a pu réunir. On est à l’Opéra, dont on voit une grande maquette au loin. Ou plutôt, dans une réinvention de l’Opéra tel que Degas l’a assidûment fréquenté lorsque la s

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :