SFR Presse
L'Indépendant
9 janvier 2019

La France affiche sa prudence

1 min

La ministre française du Travail, Muriel Pénicaud, a demandé mardi le respect de la présomption d’innocence dans l’affaire Carlos Ghosn. Sa collègue des Transports, Elisabeth Borne, a également invoqué le même principe, notamment pour justifier le maintien formel de Carlos Ghosn à la tête du constructeur automobile français. « Le gouvernement […] n’a pas d’éléments qui pourraient nous conduire à

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :