SFR Presse
Libération
13 février 2019

Personne n’est parfait

Aux Etats-Unis, certains s’inquiètent du jusqu’au-boutisme des partisans de la «tolérance zéro» face aux affaires sexistes ou racistes du passé.

4 min

Je me souviens avoir entendu un jour à la radio un commentateur de rugby, au fort accent du Sud-Ouest, dire d’un joueur sans défaut : «On l’appelle "M. Nobody". Parce que : "Nobody is perfect."» - plaisanterie fine qu’on ne peut pas rendre en français, à cause de la négation incluse dans l’expression «personne n’est parfait». Personne n’est parfait, en effet. L’expression revient en boucle depuis

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :