SFR Presse
Nice Matin
19 septembre 2019

« On ne peut pas continuer comme ça : je crains que ça se termine mal car les chauffeurs sont très remontés… »

1 min

Nabil Debouz, chauffeur de VTC, qui a manifesté hier, comme une cinquantaine de ses confrères, devant le siège niçois de la plateforme américaine Uber. « Depuis le 1 er septembre, Uber a mis en place des tarifs fixes qui sont bien trop bas. Effectuer un trajet Nice-Cannes à 37 euros, en comptant les frais d’essence, de péage et souvent un retour à vide, c’

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :