SFR Presse
Le Figaro
30 juin 2020

Deux solitudes mises aux « parfums »

Pour son deuxième film, Grégory Magne observe un couple de contraires qui s’apprivoisent. Un long-métrage doux et léché.

Eric Neuhoff

2 min

Eric Neuhoff
Eric Neuhoff

Et ça n’est même pas la faute du Covid. Emmanuelle Devos a perdu l’odorat. On appelle ça anosmie. Dans son métier, c’est embêtant. Elle est « nez », comme on dit. Anne Walberg crée des parfums. J’adore de Dior, c’est elle. On voit le niveau. Elle se vendait à des marques prestigieuses. Aujourd’hui, son agent lui trouve des contrats pour imiter les fragrances d’une grotte qu’on reconstitue à côté

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :