SFR Presse
Libération
20 mai 2019

Fin de vie : la Belgique a une loi d’avance

Le pays a voté trois lois qui permettent de ne plus confondre euthanasie, arrêt de traitement et sédation profonde. Et qui facilitent la communication sur la question.

2 min

L’affaire Lambert est-elle révélatrice d’une faille, en l’espèce un flou, dans la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie adoptée en 2016 ? La situation aurait-elle été mieux gérée en Belgique ? C’est ce qu’affirme notamment Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité et pro-légalisation de l’euthanasie en France, qui loue une loi «claire»donnant notamment la

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :