SFR Presse

Grève des IVG : le syndicat des gynécos fait marche arrière

1 min

L’annonce avait suscité de vives réactions. Mercredi, dans un message envoyé à ses 1 600 adhérents, le Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof) avait menacé de ne plus pratiquer d’avortements s’il n’était pas reçu par la ministre de la Santé pour régler la situation d’une quinzaine de médecins qui n’ont pas touché le Fonds de garantie pour être indemnisés après des er

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :