SFR Presse
Le Figaro
15 octobre 2019

Pietro Marcello : « Je n’aime pas les zones de confort »

ENTRETIEN Le réalisateur transpose brillamment à Naples « Martin Eden », le récit d’émancipation de Jack London. Une manière de souligner son côté universel.

Marie-Noëlle Tranchant

3 min

Marie-Noëlle Tranchant
Marie-Noëlle Tranchant

À 43 ans, Pietro Marcello, formé à l’Académie des beaux-arts et enseignant dans les prisons, puise son cinéma dans la réalité et la poésie, et dans un fort engagement humain envers les humbles. Il est notamment l’auteur de La bocca del lupo (2011) et Bella e perduta (2015). LE FIGARO. - On vous connaît surtout pour vos documentaires. Qu’est-ce qui vous a amené à porter à l’écran le roman de Jack

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :