SFR Presse
Libération
29 janvier 2019

Soolking, 1, 2, 3, viva l’Algé-roi

Star en son pays et en France grâce à ses titres entre pop, rap et raï, l’Algérien apprend à contrôler son image après des années galères. De «Guérilla» à «Dalida».

4 min

1 like

En face de nous, il y a ce bonhomme très fin, un peu dans les choux, qui a choisi Soolking comme pseudonyme - un squelette guitariste dans le manga japonais One Piece - et qui fabrique de la musique pas totalement identifiée. Un peu rap, un peu raï, un peu pop, un peu tout : au vrai, on ne sait pas trop. Dans ses clips, il bouge parfois comme si son corps était en réglisse, jamais sans un couvre-c

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :