SFR Presse
La Dépêche du Midi
6 janvier 2019

Brasil

2 min

En boucle dans ma tête, obsédante, allez savoir pourquoi, il y a la chanson de Nino Ferrer, comme une bossa-nova futile au rythme triste et doux qui dit le Brésil et l’amour : « Non je n’oublierai jamais la baie de Rio La couleur du ciel le long de Corcovado La Rua Madureira, la rue que tu habitais Je n’oublierai pas, pourtant je n’y suis jamais allé » Nino Ferrer n’était jamais allé à Rio ni

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :