SFR Presse
Le Figaro
18 septembre 2019

Une baleine blanche nommée Brando

Bruno Corty

2 min

ENCORE un roman sur une star de cinéma ? Ça fait beaucoup ! Mais autant reprocher à des romanciers sans imagination d’exhumer des stars mortes pour pondre de vaines fictions est légitime… autant blâmer Samuel ­Blumenfeld d’écrire sur sa passion, qui est aussi son gagne-pain, serait absurde. Ce serait comme en vouloir à Vincent Duluc, plume de L’Équipe, d’écrire sur George Best ou les Verts. Comme

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :