SFR Presse
L'Express
8 avril 2020

Khartoum privé de thé

AUGUSTINE PASSILLY

1 min

AUGUSTINE PASSILLY
AUGUSTINE PASSILLY

Les 36 000 vendeuses de thé qui sillonnent Khartoum auraient pu compter parmi les premières victimes du coronavirus. Installées au bord des routes derrière leur brasero, elles passent en effet leur journée au contact de la foule. Mais depuis le 25 mars, soit deux jours après l’instauration d’un couvre-feu, elles ont reçu l’ordre de cesser leur activité. Une décision qui a suscité l’inquiétude d’Aw

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :