SFR Presse
La Provence
23 janvier 2019

La paradis perdu d’André Manoukian

1 min

Apatride, comme on peut le devenir du jour au lendemain et en laisser la mémoire à ses enfants. Titre le plus personnel d’André Manoukian sur son album éponyme (Enzo production), Apatride fait référence au tampon apposé sur le passeport du grand-père du musicien, à l’époque où celui-ci était devenu "réfugié arménien". Et c’est tout ce fil très intime que le jazzman a souhaité tirer dans ses compos

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :