SFR Presse
Libération
26 juillet 2019

Médiation : les Algériens refusent de tomber dans le «panel» du président Bensalah

Contesté par la rue, le chef de l’Etat par intérim a nommé une instance pour tenter de renouer le dialogue avec les manifestants, et ainsi assurer la survie du régime. Une initiative qui ne convainc pas les Algérois, encore nombreux à défiler dans les rues vendredi.

3 min

Est-ce un pas en avant ou en arrière ? Jeudi, le chef de l’Etat algérien par intérim, Abdelkader Bensalah, a reçu un «panel» de six personnalités algériennes choisies pour mener le «dialogue inclusif» censé sortir le pays de la crise politique provoquée par la démission d’Abdelaziz Bouteflika, le 2 avril, sous la pression de la rue. L’idée avait été formulée par Bensalah au début du mois de juille

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :