SFR Presse
Libération
14 juin 2019

Annecy, beau pedigree

Parmi la sélection de la dernière édition du festival, deux bijoux qui s’affranchissent des règles du cinéma pour célébrer, dans un festin visuel, les potentialités du genre.

3 min

L’animation n’est pas un genre mais un format qui recouvre divers procédés. Le festival d’Annecy, qui s’achève ce samedi, s’attelle à rappeler cette évidence en bondissant comme un Zébulon caféiné de la comédie ado en 3D (Ternet Ninja), de la fable écolo holistique (les Enfants de la mer), du court métrage destroy qui semble bricolé sous Windows 95 (Développement personnel, de Rémy Petit), au réci

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :