SFR Presse
Le Figaro
8 novembre 2019

« La Dernière Bande » : sacrée bobine

THÉÂTRE Dans une mise en scène de Jacques Osinski, Denis Lavant habite le personnage solitaire de la pièce de Beckett.

Philibert Humm

2 min

Qui a dit qu’on n’avait plus d’acteurs à « gueule » n’a jamais vu celle de Denis ­Lavant. Toute comme ­Beckett la décrit en didascalies. « Visage blanc. Nez violacé. Cheveux gris en désordre. Mal rasé . » Et très belle avec ça. D’une beauté particulière, pas apprêtée. Sur la scène du Théâtre de l’Athénée, un bureau métallique, un magnétophone et une lampe basse consommation. Derrière ce bureau De

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :