SFR Presse
01 Net
26 mars 2019

BERNE / SUISSE

1 min

La chancellerie fédérale promet 150 000 CHF, soit 130 000 €, aux hackers qui parviendront, avant le 24 mars, à pirater ses urnes électroniques pour manipuler les suffrages, violer le secret du vote, voire mettre purement et simplement le dispositif hors service. Les autorités helvètes comptent ainsi s’assurer de la robustesse de leur système d’e-vote, à l’essai dans une dizaine de cantons.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :