SFR Presse
Le Figaro
10 janvier 2019

Pour les avocats de Mgr Barbarin, « la douleur n’est pas le droit »

La défense du cardinal a plaidé jeudi la relaxe de l’homme d’Église jugé pour « non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs ».

Stéphane Durand-Souffland

2 min

Stéphane Durand-Souffland
Stéphane Durand-Souffland

JUSTICE Le procès (sur citation directe de neuf parties civiles) du cardinal Barbarin pour « non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs et non-assistance à personnes en péril » s’est achevé à Lyon, jeudi, par les ultimes plaidoiries de la défense. Cinq personnes, dont les évêques de Nevers et d’Auch, autrefois en poste à Lyon, étaient jugés avec le primat des Gaules. Pour les avocats du c

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :