SFR Presse
Le Figaro
15 février 2019

Ces militants de la première heure qui renoncent aux manifestations

Paule Gonzalès

3 min

ILS ONT été des « gilets jaunes » de la première heure et le restent, disent-ils, « dans leur cœur ». Mais après trois mois de mobilisation, nombre d’entre eux ont décidé de raccrocher leur tenue au vestiaire et de ne plus aller dans la rue. Pour des milliers d’anonymes mais aussi pour des piliers connus de la contestation, les « samedis au gaz lacrymo », c’est fini. Par désillusion, par peur des

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :