SFR Presse
Le Figaro
28 juin 2018

Le Maroc punit durement les révoltés du Rif

Les « meneurs » de ce mouvement de contestation, à l’instar de Nasser Zefzafi, écopent de 20 ans de prison.

Stéphanie Wenger

2 min

MAGHREB L’annonce a eu l’effet d’un coup de massue et a suscité des réactions de colère et d’indignation au Maroc. Les condamnations des 53 accusés du « hirak », mardi soir par la cour d’appel de Casablanca, totalisent près de 300 ans de prison. Les plus sévèrement punis, sont les « meneurs » de ce mouvement de contestation qui a agité le Rif, au nord du pays, en 2016-2017, Nasser Zefzafi et trois

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :