SFR Presse
Le Figaro
24 juin 2020

notre avis

Mohammed Aïssaoui

1 min

Quand une main effrayante saisit Enki Bilal par le col et le propulse au Musée Picasso, on n’est pas très rassuré pour lui. Puis, l’artiste quadrille petit à petit chaque centimètre carré du lieu : l’exercice relève de la quête quasi mystique. Il finit par écrire « ce musée est mon refuge ». D’abord, un paradoxe : on apprend que l’homme, réputé pour sa peinture, qui a révolutionné la bande dessiné

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :