SFR Presse
Le Figaro
22 mai 2019

« En terre de Crimée » : western tatar

Florence Vierron

1 min

Florence Vierron
Florence Vierron

UN CERTAIN REGARD Le temps du deuil est long en Crimée. Moustafa explique à son fils Alim qu’il y aura trois jours, puis sept jours, puis trente-sept jours et encore quarante jours. Alim n’est pas près de retourner à l’université. Peu importe si son père ne sait pas ce qu’il étudie. Enterrer son autre fils mort au Donbass est prioritaire. Mais la route pour rentrer en Crimée est semée d’embûches.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :