SFR Presse

I LS L’ONT DIT

1 min

« Au début, j’ai accepté de bosser sur ce projet parce que la réalisatrice avait fait un truc qui s’appelait Hard, que je n’avais pas trouvé horrible. Mais au bout de trois mois, ça s’est délité. C’est une vision du prolétariat par la bourgeoisie. » La romancière Virginie Despentes a confié à Society ne pas reconnaître son œuvre et son héros dans la série Vernon Subutex, créée par Canal+.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :