SFR Presse
Libération
9 octobre 2018

Nouvelle-Calédonie : deux camps et quatre tactiques

Côté souverainistes, le FLNKS milite pour le oui, le Parti travailliste pour l’abstention. Côté loyalistes, les pro-LREM s’adressent aux opposants, et la droite à sa base.

3 min

Le 4 novembre, les électeurs inscrits sur la liste référendaire spéciale devraient en majorité dire non à l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie. C’est le pronostic de trois sondages, donnant le «non» vainqueur autour de 70 %. Le FLNKS, groupement des partis indépendantistes, oppose que ces études «se basent sur la liste électorale générale», et non sur la liste spéciale, pl

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :