SFR Presse
Le Figaro
16 octobre 2018

L’enseigne de prêt-à-porter IKKS se sort d’un mauvais pas

Grâce à la restructuration de sa dette, l’entreprise se concentre sur son plan de relance.

Anne-Sophie Cathala

2 min

1 like

MODE Comme d’autres marques Vivarte ou Camaïeu reprises d’opérations à effet de levier (LBO), IKKS était handicapé par le poids de sa dette. Lorsqu’elle a été rachetée en 2015 au groupe Zannier par le fonds d’investissement LBO France (actionnaire The Kooples), l’entreprise était en forme. Elle avait même été valorisée de 500 à 600 millions d’euros, soit près de neuf fois l’Ebitda. Celui-ci était

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :