SFR Presse
Libération
1 décembre 2019

Tamouls de Paris : gangs opaques

Les violences à la machette et au sabre sont caractéristiques des bandes sri-lankaises. Liées au racket, elles reposent sur des haines historiques que la police peine à appréhender.

6 min

2 likes

C’est une étrange guerre de bandes qui, depuis dix ans, agite la petite communauté tamoule sri-lankaise d’Ile-de-France. Des bandes nommées Mukkalas, Viluthus, Venillas, Red Boys, Eelam Boys, Cobras… Inconnues du reste de la population, mal comprises par la police, elles comptent chacune au moins une dizaine de membres, parfois une soixantaine. Certaines sont alliées, d’autres se vouent une haine

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :