SFR Presse
Le Parisien
29 novembre 2018

De nombreuses femmes touchées

A.S.

1 min

A.S.
A.S.

Après le terrible récit à notre journal d’Estelle, 19 ans, défigurée à cause d’une coloration capillaire contenant du paraphénylènediamine (PPD), les commentaires de jeunes femmes victimes des mêmes effets ne cessent d’affluer sur notre page Facebook. En Isère, Sabrina, 33 ans, pensait pouvoir faire confiance à la gamme bio de sa marque de coloration. « Pour moi, c’était sans danger »

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :