SFR Presse
Corse Matin
10 octobre 2018

Pour Carine Adolfini-Bianconi "écrire, c’est trahir le vide"

MICHEL MAESTRACCI

2 min

MICHEL MAESTRACCI
MICHEL MAESTRACCI

Prolonge moi, continue tes yeux dans mes étoiles, deviens ma peau je serai ton voile", "Juste se taire, pour dire qu’il n’y a plus rien", et encore "Toutes les nuits je m’étonne de tes bruits sous ma peau", ces extraits de textes sont les pistils d’une fleur que nous dévoile Carine Adolfini-Bianconi dans Ma béance ta demeure, son dernier opus. Avant de débuter son nouveau recueil, elle a relu Rola

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :