SFR Presse
L'Équipe
8 juin 2018

et les petits tracas

DAVID LORIOT (avec R. Laf.)

3 min

À le voir s’acharner sur ce pauvre Diego Schwartzman qui, hier, ne lui a rien fait ou si peu, tant il était sous emprise, il y avait une tonalité cruelle dans la fin de l’histoire. Sur le central, Rafael Nadal était soudain redevenu roi, tel qu’en lui-même. En majesté, il assenait, il dictait, féroce et sans compassion. Quand la veille, avant qu’une première pluie salvatrice ne vienne à tomber – c

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :