SFR Presse
Le Figaro
2 décembre 2019

Giordano, du chœur des anges à l’Apocalypse

EXPOSITION Au Petit Palais, l’œuvre du maître du baroque napolitain bénéficie d’une rétrospective sensationnelle.

Eric Biétry-Rivierre

4 min

Eric Biétry-Rivierre
Eric Biétry-Rivierre

Pour sa capacité à honorer brillamment et rapidement les commandes, Luca Giordano (1634-1705) a été surnommé « Luca fa presto » (« fait vite »). On plaint donc les auteurs qui travaillent à son catalogue raisonné : à terme, plus de 5 000 toiles y figureront. Cela sans compter les fresques. Car non seulement ce phare du baroque est le peintre par excellence des églises napolitaines, mais encore, il

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :