SFR Presse
Le Figaro
8 avril 2019

À Notre-Dame-des-Landes, les zadistes sont désormais des « porteurs de projets »

Un an après l’évacuation de la zone, 200 personnes y vivent légalement, mais selon leurs propres règles.

Angélique Négroni

4 min

Angélique Négroni
Angélique Négroni

AMÉNAGEMENT « Cessez de dire que ce sont des zadistes. Ce sont des porteurs de projets ! », s’agace le préfet de Loire-Atlantique, Claude d’Harcourt. Cette remarque en dit long sur l’évolution de l’ancienne ZAD de Notre-Dame-des-Landes et des rapports désormais constructifs entre l’État et ses occupants. Il y a pourtant tout juste un an, ces 1 650 hectares de bocage avaient été le théâtre de scène

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :