SFR Presse

Da Svidanya (au revoir)

2 min

Une finale de Coupe du Monde, c'est beau et triste à la fois. Beau, on ne vous fait pas un dessin. Triste parce que cela signifie qu'au dernier coup de sifflet, ce soir, lorsque Hugo Lloris (ou Lukas Modric) soulèvera le trophée doré sur l'estrade de Loujniki, un livre se refermera pour ne s'ouvrir que dans trois ans et demi, au Qatar. Certains regards mélancoliques se lisent depuis quelques jours

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :