SFR Presse
L'Express
27 septembre 2019

NAFAR PAR MATHILDE CHAPUIS.

S. B.

2 min

S. B.
S. B.

LIANA LEVI, 160 P., 15 €. 15/20 Le nafar n’a pas de nom. Il est lui et des milliers d’autres. Rêvant d’un meilleur ailleurs, loin de la peur et du sang, prêt à mourir pour être un jour libre de rire, d’aimer, de s’exprimer. Un migrant, en somme, terme appelant plus souvent le mépris que la compassion. Comme nafar – qui, en arabe classique, désignait un groupe de personnes – est devenu le nom des o

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :