SFR Presse
Le Figaro
3 juillet 2019

À bord du « train des primeurs », qui pourrait ne plus jamais siffler

La disparition programmée de la dernière ligne régulière de fret en France pour les fruits et les légumes frais, entre Perpignan et Rungis, a créé l’émoi dans l’opinion publique et la classe politique.

Eric De La Chesnais

6 min

3 likes

Eric De La Chesnais
Eric De La Chesnais

Ce samedi 29 juin, il fait très chaud en plein soleil au dépôt ferroviaire de Perpignan. Le thermomètre affiche plus de 33 °C. Mikaël Meusnier, cheminot depuis vingt-deux ans, est aux commandes du train no 53934, également appelé « le train des primeurs ». Il a pris son poste vers 19 heures. Heureusement sa locomotive électrique, une 27 000, aux couleurs vert et blanc de Fret SNCF, est climatisée.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :