SFR Presse
Libération
4 octobre 2019

Le gay Proust

Nouvelles inédites de jeunesse de l'écrivain.

5 min

Il y a un paradoxe propre à Proust : tous les lecteurs d’A la recherche du temps perdu savent qu’il était homosexuel, le thème est présent depuis Du côté de chez Swann jusqu’au Temps retrouvé - et c’est pourtant comme s’il avait passé sa vie et son œuvre à cacher son homosexualité, sous prétexte qu’une de ses héroïnes s’appelle Albertine plutôt qu’Albert ou Alfred (comme Alfred Agostinelli, son si

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :

Sur le même thème