SFR Presse
Le Figaro
25 février 2019

Berlioz décroche la timbale

CHRONIQUE  À la Philharmonie de Paris, le chef espagnol Pablo Heras-Casado a dirigé le « Requiem » avec transparence sans tomber dans le grandiloquent.

Christian Merlin

3 min

Christian Merlin
Christian Merlin

Elle est riche d’enseignements, la belle interprétation du ­Requiem de Berlioz qui a fait vibrer la Philharmonie de ­Paris la semaine dernière. Ne serait-ce que parce que le maestro ­Pablo Heras-Casado nous semble avoir bien compris l’ambivalence de l’œuvre du compositeur français, où cohabitent en permanence un amour viscéral de la musique ancienne et une modernité incroyablement prophétique. Ri

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :