SFR Presse
Le Figaro
18 mars 2019

Les sondages d’opinion sous la Ve République : importance et limites

Le politologue* a présenté devant l’Académie des sciences morales et politiques une communication sur « La Ve République et les sondages » qui peut être lue intégralement dans la revue « Commentaire »**. Nous en publions des extraits.

J.J.

4 min

1 like

J.J.
J.J.

Àpartir de 1969, année du départ du général de Gaulle, les sondages deviennent un élément du débat public. Il y a alors une focalisation sur la notion de popularité : celle du président, du premier ministre, des dirigeants politiques. […] On peut avancer la double proposition suivante : en premier lieu, la popularité est un atout davantage pour la conquête du pouvoir que pour son exercice ; en se

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :