SFR Presse
L'Équipe
3 juillet 2018

Les Coupes sombres

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL,JULIEN REBOULLET (avec R. L. et F. Ra.),LONDRES – Dix jours à Lille pour clore la saison 2019 puis dix jours en Australie pour lancer la saison 2020 ? Est-ce que le paysage du tennis par équipes va vraiment ressembler à ça, dans un an et demi, avec deux compétitions richement dotées et quasi similaires à cinq semaines d’intervalle ? Il faut évidemment tout souhaiter sauf ça, pour que le sens sportif soit préservé, mais, ce matin, cet horizon est bien celui vers lequel se projettent (très) séparément l’ATP et la Fédération internationale (ITF).,Ce week-end, l’ATP a officialisé la relance de la World Team Cup, épreuve qui s’était déroulée de 1978 à 2012 à Düsseldorf, en amont de Roland-Garros, mais qui avait perdu son standing sur ses dernières éditions, ressemblant à une exhibition faiblarde. Cette fois, ce sera en Australie, en grande pompe, avec vingt-quatre équipes réparties par poules sur plusieurs villes (Perth, Brisbane, Adelaide, Sydney), 15M$ de dotation et beaucoup de point ATP à la clé. Cette annonce a coupé l’herbe (c’est de saison) sous le pied de l’ITF, elle-même sur le point de révolutionner sa Coupe Davis centenaire en proposant de voter le mois prochain une réforme qui la transformerait en une sorte de… World Team Cup, avec dix-huit équipes réunies la dernière semaine de novembre au sein d’un système de poules identique.

3 min

Entre la World Team Cup, que l’ATP va relancer, et la Coupe Davis, que l’ITF veut réformer en profondeur, le tennis par équipes vit des heures très mouvementées. “La Fédération australienne a rompu la solidarité des Grands Chelems et porte un coup fatal à la Coupe Davis LIONEL MALTESE, économiste, membre du comité exécutif de la FFT Un sacré bazar de gouvernance du tennis qui n’est pas nouveau, co

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :