SFR Presse

Novès : « Les ailiers avaient joué les touches rapidement »

Recueilli par Philippe Lauga

4 min

Recueilli par Philippe Lauga
Recueilli par Philippe Lauga

Quel souvenir gardez-vous de cette finale ? D’abord, c’est un bon souvenir parce que ma référence, c’est Claude Labatut. Il nous avait emmenés jusque-là tout seul parce qu’à l’époque, les entraîneurs travaillaient seuls sans collègues, sans préparateur physique. C’est une première finale où on n’est pas favoris parce que c’est le grand Béziers mais on la perd d’un rien. On avait fait des phases f

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :