SFR Presse

"Je n'ai pas tapé plus que ça"

2 min

SAINT-PIERRE. Dans cette affaire de violences (post) conjugales avérées, la présidente Corinne Peynaud et ses assesseurs cherchent à faire jaillir une vérité judiciaire qui n'apparaît pas évidente de par le comportement de la victime, une infirmière trentenaire. Comme dira son avocate, Me Coralie Fèvre, « le tout beau tout rose n'a duré que deux mois ». À la barre Vincent D., un Tamponnais de 32 a

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :