SFR Presse
Libération
4 octobre 2019

«La Maison» éclose d’Emma Becker

Une autofiction dans un bordel à Berlin

3 min

1 like

La jeune écrivaine d’apparence bourgeoise et qui raconte sa sexualité trash est un genre en soi. Souvent, ça donne des romans excitants pour les voyeurs, mais assez décevants pour la littérature. Si bien qu’avant d’ouvrir la Maison d’Emma Becker, on avait des réticences. Elles ont été vite balayées, tant la liberté de ton s’allie parfaitement à un style à la fois lyrique et badin. Emma Becker a 30

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :