SFR Presse
Le Parisien
5 janvier 2019

« On voit les valises passer tous les matins »

Alain Tribolet, boucher, constate que les touristes ont remplacé les habitants.

Éric Le mitouard

2 min

Éric Le mitouard
Éric Le mitouard

Alain Tribolet montre la photo affichée derrière sa caisse : « C’est mon grand-père, mon père et, le jeune, c’est moi. Ma famille est au 54, rue Montorgueil depuis 1927. On est boucher, depuis trois générations. » Et après le départ des Halles, il en a vu, des transformations. « Montorgueil reste une belle rue commerçante et le II e un bel arrondissement. Mais ce n’est plus la même pop

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :