SFR Presse
Libération
29 janvier 2019

Usine Arjo : «C’est les gendarmes qui nous ont appris la fermeture»

Alors que l’entreprise de papier sécurisé doit fermer ce mercredi, les 199 salariés occupent le site en Seine-et-Marne et en appellent à l’Etat pour obtenir un plan social décent.

3 min

En bordure de départementale, des palettes en bois font office de panneaux de signalisation. Les salariés d’Arjowiggins Security, entreprise vendue il y a huit mois par le groupe français Sequana à un fonds d’investissement suisse, Blue Motion Technologies Holding, y ont écrit en lettres noires : «Arjo 240 morts. Merci patron.» Jusqu’au 16 janvier, ils étaient 199 à faire tourner ce site, situé à

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :