SFR Presse
La Provence
20 février 2019

Un homme "solitaire", "colérique" et "fasciné par les armes"

2 min

C’est le 14 novembre 2003 que l’existence de Karim Lacheheb bascule. Il n’a alors que 20 ans. Ce jour-là, au domicile familial du 15e arrondissement de Marseille, il abat son père, Ahmed, de deux coups de carabine 22 long rifle, achetée dans une armurerie du centre-ville un an auparavant. Quelques heures plus tôt, son papa a haussé le ton à la suite d’une énième dispute entre Karim et son frère ca

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :