SFR Presse
Le Télégramme
12 novembre 2018

POÉSIE Le vent

1 min

Sur la bruyère longue infiniment, Voici le vent cornant Novembre Sur la bruyère, infiniment, Voici le vent Qui se déchire et se démembre En souffles lourds, battant les bourgs, Voici le vent, Le vent sauvage de Novembre. Aux puits des fermes, Les seaux de fer et les poulies Grincent ; Aux citernes des fermes, Les seaux et les poulies Grincent et crient. Le vent rafle, le long de l’eau, Les feuille

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :