SFR Presse
La Provence
1 octobre 2018

"Il y a eu un avant et un après..."

L.D’A

2 min

L.D’A
L.D’A

"On imagine que c’est loin de nous. Mais un jour, on a les images sous nos yeux et on voit des gamines recouvertes d’un drap blanc et laissées sur place le temps que la police scientifique fasse les constatations… C’est quelque chose qui marque pour la vie". Ce maudit 1er octobre 2017, Hervé Sordillon était aux premières loges quand l’indicible s’est produit sur l’esplanade de Saint-Charles, à que

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :