SFR Presse
Libération
29 janvier 2019

«Le plan-séquence est comme une cage pour l’oiseau du temps»

Rencontré à Kaili, sa ville natale, le Chinois Bi Gan détaille son ambition de faire ressentir au spectateur une émotion aussi intense et immersive qu’une première fois.

5 min

Principale révélation du cinéma chinois récent, Bi Gan signe avec Un grand voyage vers la nuit son premier film réalisé dans des conditions ordinaires - après la production artisanale et quasi autofinancée de Kaili Blues en 2015. Parce que ce cinéma entretient une relation étroite à sa ville natale, Kaili, dans la province du Guizhou, on lui a rendu visite en octobre (lire notre reportage dans Li

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :