SFR Presse

Démission d'une des principales figures visées par la constestation

3 min

Incarnation d'un "système" dont la contestation algérienne réclame la fin, le président du Conseil constitutionnel algérien Tayeb Belaiz a à son tour démissionné mardi, deux semaines après le chef de l'Etat Abdelaziz Bouteflika, dont il était un très proche. Tayeb Belaiz, 70 ans, faisait partie, avec le chef de l'Etat par intérim Abdelkader Bensalah et le chef du gouvernement Noureddine Bedoui, de

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :