SFR Presse
Le Figaro
17 octobre 2018

Adapter la pratique sportive au type de pathologie

LES PREMIERS référentiels publiés par la Haute Autorité de santé (HAS) visent à faciliter la prescription d’activité physique dans six pathologies chroniques très fréquentes. En 2019, d’autres fiches porteront sur les femmes enceintes, les personnes âgées, le cancer et la dépression.

Delphine Chayet

2 min

Obésité et surpoids Si l’activité physique a un impact modeste sur l’amaigrissement, elle permet de limiter la perte de masse musculaire liée à un régime alimentaire. Elle entraîne aussi une réduction de la graisse abdominale, et donc du tour de taille. Des exercices d’endurance d’intensité modérée (de la marche), et du renforcement musculaire sont recommandés à raison de 150 minutes par semaine.

Vous avez lu gratuitement une partie de l'article, pour lire la suite :